#coronavirus Coronavirus : le nombre d'hospitalisation en baisse, bilan en direct – Journal des femmes

#coronavirus

[Mis à jour le samedi 23 mai à 22h45] Depuis son apparition en décembre 2019 à Wuhan en Chine, l‘épidémie de coronavirus a contaminé 5,2 millions de personnes dans le monde et a tué près de 340 000 personnes. En France, le bilan est de moins en moins lourd, même si le pays comptabilise plus de 144 800 cas et plus de 28 289 décès au 23 mai au soir, selon le ministère de la Santé. 17 178 personnes sont hospitalisées pour une infection COVID-19 (vs 19 432 il y a une semaine le 16/05) et 233 nouvelles admissions ont été enregistrées en 24 heures (vs 350 il y a une semaine). 1 665 malades atteints d’une forme sévère de Covid-19 sont hospitalisés en réanimation (vs 2 132 il y a une semaine). 30 nouveaux cas graves ont été admis en réanimation (vs 46 il y a une semaine). Le solde reste négatif en réanimation, avec 36 malades de COVID-19 en moins par rapport à hier mais le nombre total de malades en réanimation toutes causes confondues reste élevé à 5 600. La France poursuit son déconfinement sur fond de crise économique dans plusieurs secteurs. Emmanuel Macron devrait s’exprimer sur les mesures de « sauvetage » mardi. La circulation du virus est toujours active : de nouveaux « clusters » apparaissent, et il persiste des inconnus : des symptômes plus graves chez l’enfant associés à la maladie de Kawasaki inquiètent, le lien avec le covid-19 n’est pas encore établi. Dans ce contexte, les déplacements sont limités à 100 km du domicile, à vol d’oiseau. Au-delà, ils doivent être justifiés par la présentation d’une attestation. Il n’est pas nécessaire de se munir de la déclaration pour les déplacements de plus de 100 km effectués au sein de son département de résidence. La déclaration est téléchargeable en ligne ou directement depuis le site du ministère de l’Intérieur. Selon les chiffres de l’OMS, la France est le 7e pays du monde le plus touché en nombre de cas et le 4e en terme de mortalité (derrière les USA, le Royaume-Uni et l’Italie). La première phase de déconfinement est établie jusqu’au 2 juin. Elle permettra de vérifier que les mesures mises en œuvre suffisent à contenir l’épidémie. Et d’envisager les mesures pour la phase suivante : du 2 juin jusqu’à l’été. Le pays le plus impacté par l’épidémie de Covid-19 dans le monde est les Etats-Unis (1,6 millions de cas et 96 479 décès selon l’Université John Hopkins). Viennent ensuite la Russie (335 882 cas – 3 388 morts), le Brésil (330 890 cas – 21 048 morts), le Royaume-Uni (258 504 cas-36 757 morts)l’Espagne (234 824 cas-28 628 morts), et l’Italie (229 327 cas – 32 735 morts). Jusqu’au 15 juin minimum, les frontières de l’Union européenne et de l’espace Schengen sont fermées pour freiner la circulation du virus entre les gens et une attestation de déplacement dérogatoire doit être présentée à chaque personne voulant entrer en France depuis le 8 avril. 

La France est en stade 3 de l’épidémie de coronavirus depuis le 14 mars puisque le virus circule activement sur tout le territoire et plus uniquement dans certaines régions et villes. Au 23 mai, la France compte plus de 144 800 cas positifs au coronavirus depuis le début de l’épidémie. Le bilan est de 17 178 personnes hospitalisées (vs 19 432 il y a une semaine) pour une infection COVID-19 et 233 nouvelles admissions (vs 350 il y a une semaine) en 24 heures. 1 665 malades atteints d’une forme sévère de COVID-19 (vs 2 132 il y a une semaine) sont hospitalisés en réanimation. 30 nouveaux cas graves ont été admis en réanimation (vs 46 il y a une semaine). Le solde reste négatif en réanimation, avec 36 malades de COVID-19 en moins par rapport à hier. 4 régions (Île-de-France, Grand-Est, Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France) regroupent 71% des cas hospitalisés en réanimation. En Outre-Mer (Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Martinique, Mayotte), on relève 102 hospitalisations, dont 15 en réanimation. Depuis le 1er mars, 28 215 décès liés au COVID-19 sont déplorés, 17 870 décès dans les hôpitaux et 10 345 décès dans les établissements sociaux et médicosociaux. Selon la nouvelle carte des départements, le virus circule activement dans 3 départements situés en zone rouge (Paris, Val-d’Oise et Mayotte), 13 sont classés orange, 89 sont classés vert.

carte coronavirus 7 mai
Carte de circulation active du virus en France le 7 mai © Ministère de la Santé

Le 14 mai, Santé Publique France indique dans son dernier point épidémiologique :

  • Une baisse des indicateurs épidémiologiques de circulation du SARS-CoV-2 depuis 6 semaines en France, à l’exception de Mayotte
    • diminution des recours pour COVID-19 dans le réseau SOS Médecins et aux urgences hospitalières traduisant une diminution des nouvelles contaminations
    • diminution du nombre des nouvelles hospitalisations, des nouvelles admissions en réanimation de patients COVID-19, des nombres de patients hospitalisés et des patients en réanimation
  • Forte circulation du SARS-CoV-2 à Mayotte
  • 81% des cas Covid-19 en réanimation ont des comorbidités et 54% sont âgés de 65 ans et plus.
  • Au moins 84% des décès présentent des comorbidités et au moins 93% âgés de 65 ans et plus.
  • Excès de mortalité toutes causes au niveau national, particulièrement marqué dans les régions Grand Est et Ile-de-France.
  • Adoption moins systématique des mesures de protection au cours du temps et depuis le début du confinement, seul le port du masque en public est en augmentation.

 

Depuis le début de l’épidémie, 100 225 personnes ont été hospitalisées, dont près de 17 701 en réanimation. Samedi 23 mai, 17 178 personnes (vs 19 432 il y a une semaine) sont hospitalisées pour une infection COVID-19 et 233 nouvelles admissions (vs 350 il y a une semaine) ont été enregistrées en 24 heures. 1 665 malades atteints d’une forme sévère de COVID-19 (vs 2 132 il y a une semaine) sont hospitalisés en réanimation. 30 nouveaux cas graves ont été admis en réanimation (vs 46 il y a une semaine). 

Selon la carte des départements, la tension hospitalière sur les capacités de réanimation subsiste dans 27 départements : dont l’ensemble de l’Ile-de-France, le Grand-Est et la Bourgogne-Franche-Comté, situés en zone rouge pour la semaine écoulée. Quatre régions (Ile de France, Auvergne Rhône Alpes, Grand Est et Hauts de France) ont concentré près de 72% des patients hospitalisés en réanimation. En outre-mer (Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Martinique, Mayotte), on relève 81 hospitalisations, dont 22 en réanimation. 

carte hopital coronavirus 7 mai
Carte de la tension hospitalière en raison de l’épidémie de coronavirus dans les départements français. © Ministère de la Santé

Dans les établissements de santé, le gouvernement a activé plusieurs plans : 

  • La France applique le plan blanc élargi généralisé (plan de mobilisation interne) depuis le 19 mars, dans tous les établissements de santé (publics et privés), pour mettre en place rapidement des moyens matériel, logistiques et humains indispensables en cas d’afflux de patients dans les établissements hospitaliers. Les consultations et les hospitalisations non urgentes sont déprogrammées.
  • La France a déclenché le plan bleu dans les Ehpad (Etablissement Hébergeant des Personnes Âgées Dépendantes) le 6 mars. Le principe est le même que dans les hôpitaux : le chef d’établissement doit permettre « la mise en oeuvre rapide et cohérente des moyens indispensables pour faire face efficacement à une situation exceptionnelle« . Le plan bleu peut induire notamment « le confinement des résidents, usagers et personnels ; l’évacuation des résidents, usagers et personnels« .
  • La réserve sanitaire et la réserve civique (aide alimentaire d’urgence, garde exceptionnelle d’enfants, lien avec les personnes fragiles isolées, solidarité de proximité) sont aussi mobilisées. 

Courbe d’évolution du nombre de personnes actuellement en réanimation ou soins intensifs pour Covid-19 – hommes et femmes – entre le 19 mars et le 18 mai 2020.

courbe évolution réanimation coronavirus
Evolution du nombre de personnes actuellement en réanimation ou soins intensifs pour covid-19 – hommes et femmes- du 19 mars au 18 mai 2020  © Géodes Santé Publique France

Selon les chiffres communiqués par le gouvernement, consolidés avec l’Agence Santé Publique France et les ARS (Agences régionales de Santé), voici le nombre de personnes hospitalisées en France par région, celles en réanimation et celles qui sont guéries et ont pu rentrer chez elles. Pour l’instant, Santé Publique France ne publie plus le nombre de cas recensés par régions.

Nombre d’hospitalisations et de décès à l’hôpital à cause du coronavirus par régions de France (23 mai 2020)
Régions Personnes hospitalisées Réanimations Retours à domicile Décès à l’hôpital
Île-de-France 7 215 688 23 482 6 907
Grand Est 2 725 210 10 231 3 357
Auvergne-Rhône-Alpes 1 514 148 6 598 1 623
Hauts-de-France 1 607 156 5 401 1 675
Bourgogne-Franche-Comté 658 62 3 176 988
Provence-Alpes-Côte d’Azur 1 010 99 4 712 876
Occitanie 291 60 2 598 482
Bretagne 233 21 1 091 242
Nouvelle-Aquitaine 374 56 1 821 382
Normandie 429 31 1 373 408
Centre Val-de-Loire 689 48 1 666 495
Pays de la Loire 440 30 1 635 425
Corse 35 4 218 57
Martinique 18 2 81 14
Guadeloupe 13 2 73 16
La Réunion 11 1 116 1
Guyane 17 0 56 1
Mayotte 43 10 210 19
TOTAL 17 178 1 665 64 547 17 987

 

Les personnes âgées sont très à risque de décès face au coronavirus, sans compter les méfaits du confinement sur cette population qui souffre particulièrement de l’isolement. Au 23 mai, les chiffres du gouvernement ne sont pas connus. Vendredi on comptait 10 345 décès dans les établissements sociaux et médico-sociaux et Ehpad (Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). Selon les données du gouvernement, il y aurait 74 481 cas dont 36 751 cas confirmés par tests PCR dans plus de 7 000 établissements sociaux et médico-sociaux depuis le début de l’épidémie. Le 14 mai, Santé Publique France indique que la proportion de nouveaux cas, possibles ou confirmés, chez les résidents des Ehpad a encore diminué sur les 14 derniers jours (semaines 18 et 19 : du 27 avril au 10 mai 2020) comparée aux 14 jours précédents (semaines 16 et 17 : du 13 au 26 avril 2020), en particulier dans les régions les plus touchées. Le 19 avril, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé que les visites suspendues dans ces établissements depuis début mars pouvaient reprendre sous certaines conditions à partir du 20 avril : « Ce sera à la demande du résident, pas plus de deux personnes de la famille, pas tout le monde en même temps (…) et avec l‘impossibilité maintenue d’aller toucher la personne, il y aura un contact visuel, on peut passer beaucoup de choses avec le regard. » Les responsables techniques des établissements vont aménager des espaces d’accueil pour les familles. En attendant, les visites auront lieu à travers une porte-fenêtre où les résidents resteront à l’intérieur, et les visiteurs à l’extérieur, et ce, durant seulement 30 minutes. Le 21 avril, le Conseil d’État a rejeté la demande de dépistage systématique du personnel soignant et des résidents dans les Ehpad.

Le premier décès du coronavirus est survenu à Paris le 14 février, il s’agissait d’un patient chinois de 80 ans. Au 23 mai 2020 (les derniers chiffres communiqués par le gouvernement date du 22 mai), 28 289 décès sont liés au COVID 19 en France (chiffres partiels) : 17 944 décès dans les hôpitaux et 10 345 décès (vendredi) dans les établissements sociaux et médicosociaux. Au 7 mai, selon Santé Publique France, 92% des cas de COVID-19 décédés entre le 1er mars et le 5 mai 2020 étaient âgés de 65 ans ou plus. Les plus forts taux de décès de patients COVID-19 rapportés à la population étaient observés en Ile-de-France, Grand Est, Bourgogne-Franche-Comté et Centre-Val de Loire. Le nombre hebdomadaire de décès pour 100 000 habitants en France a diminué entre les semaines 17 et 18 (3 418 versus 2 138).

 

Evolution du nombre de décès par Covid-19 dans les hôpitaux en France (Source : Géodes Santé Publique France).
DATE Nombre de nouveaux décès dans les hôpitaux sur la journée Nombre total de décès
15 mars 36 101
16 mars 21 122
17 mars 27 149
18 mars 69 218
19 mars 109 327
20 mars  123 450
21 mars 75 525
22 mars 107 632
23 mars 228 860
24 mars 240 1100
25 mars 288 1388
26 mars 308 1696
27 mars 299 1995
28 mars 319 2314
29 mars 292 2606
30 mars 418 3024
31 mars 499 3523
01 avril 509 4032
02 avril 471 4 503
03 avril 588 5 091
04 avril 441 5 532
05 avril 357 5 889
06 avril 605 6 494
07 avril 597 7 091
08 avril 541 7 632
09 avril 412 8 044
10 avril 554 8 698
11 avril 345 8 943
12 avril 310 9 253
13 avril 335 9 588
14 avril 541 10 129
15 avril 514 10 643
16 avril 417 11 060
17 avril 418 11 478
18 avril 364 11 842
19 avril 227 12 069
20 avril 444 12 513
21 avril 387 12 900
22 avril 336 13 236
23 avril 311 13 547
24 avril 305 13 852
25 avril 198 14 050
26 avril 152 14 202
27 avril 295 14 497
28 avril 313 14 810
29 avril 243 15 053
30 avril 191 15 244
1er mai 125 15 369
2 mai 118 15 487
3 mai 96 15 583
mai 243 15 826
mai 234 16 060
6 mai 177 16 237
7 mai 149 16 386
8 mai 118 16 497
9 mai 76 16 573
10 mai 70 16 642
11 mai 178 16 820
12 mai 183 17 003
13 mai 98 17 101
14 mai 123 17 224
15 mai 104 17 342
16 mai 96 17 412
17 mai 54 17 466
18 mai 123 17 589
19 mai 125 17 714
20 mai 98 17 812
21 mai 58 17 870
22 mai 74 17 944
23 mai 43 17 987

Lors de la présentation du plan de déconfinement le mardi 28 avril à l’Assemblée nationale, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé que le déconfinement se ferait progressivement, par département. Une carte des départements « bicolore » des moins touchés (en vert) aux plus touchés (en rouge) par le Covid-19 remplace les cartes « tricolores » des jours précédents. Cette nouvelle carte actualisée quotidiennement a pour objectif de suivre l’évolution de la situation épidémique dans chaque département afin de suivre des modalités de déconfinement précises. Trois critères déterminent l’évolution de l’épidémie et la couleur attribuée à chaque département : 

  • la circulation active du virus (nombre de cas),
  • la tension hospitalière sur les capacités en réanimation.
  • le taux de couverture des besoins en tests estimés. 

La carte est une synthèse des trois indicateurs dans chaque département.

carte synthèse 7 mai coronavirus
Carte de France au 7 mai de la synthèse des deux indicateurs par départements. © Ministère de la Santé

Sur la carte désormais bicolore, tout le quart Nord-Est (régions Ile-de-France, Hauts-de-France, Grand-Est et Bourgogne-Franche-Comté) et Mayotte sont en rouge, tandis que le reste du pays et des territoires d’outre-mer sont en vert. Pour les zones rouges, cela veut dire que le taux de contamination ou que le nombre d’hospitalisations sont encore trop élevés. Les restrictions de déplacement devront être plus importantes et la réouverture des collèges, des parcs et des jardins retardée dans ces régions.

Départements en vert

Il s’agit des départements où moins de 6% des patients sont admis aux urgences pour suspicion de Covid-19 et/où moins de 60% des capacités initiales en réanimation sont mobilisées, et/où 100% des besoins en tests sont couverts. La France compte 69 départements dans le vert.

Départements en rouge

Il s’agit des départements où 10 à 100 % des patients arrivent aux urgences pour une suspicion de Covid-19 et/où 80 à 100% des capacités en réanimation sont mobilisées, et/où moins de 70% des besoins en tests sont couverts.

quatre régions métropolitaines restent en rouge : l’Ile-de-France, les Hauts-de-France, la Bourgogne-Franche-Comté et le Grand-Est, ainsi que Mayotte.

→ Soit 32 départements : Nord, Pas-de-Calais, Somme, Oise, Aisne, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Vosges, Meurthe-et-Moselle, Moselle, Meuse, Ardennes, Marne, Aube, Haute-Marne, Haute-Saône Côte d’Or, Jura, Doubs, Territoire de Belfort, Saône-et-Loire, Nièvre, Yonne, Seine-et-Marne, Essonne, Yvelines, Val-d’Oise, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Hauts-de-Seine, Paris et Mayotte.

infographie déconfinement france
Plan de déconfinement avec les lieux ouverts ou fermés du 11 mai au 1er juin © Ministère de la Santé

La plus importante mesure contre la pandémie de coronavirus en France a été le placement de la population en « confinement », décidé par le Président de la République Emmanuel Macron du 17 mars au 11 mai. Cela a permis de diminuer la transmission du virus mais pour des raisons économiques et sociales, il ne pouvait pas durer plus longtemps. A partir du 11 mai, la France se déconfine selon un plan strict présenté le 7 mai par le Premier ministre Edouard Philippe. La situation sanitaire permet un déconfinement progressif depuis le lundi 11 mai, suivie par une seconde phase qui s’étendra jusqu’au 2 juin. Elle permettra de vérifier que les mesures mises en œuvre permettent de contenir l’épidémie. Et d’envisager les mesures pour la phase suivante : du 2 juin jusqu’à l’été. Le déconfinement prend une forme plus stricte dans les départements classés rouges. Les grandes mesures du déconfinement :

  • Reprise du travail à partir du 11 mai mais le télétravail est encouragé jusqu’au 2 juin. Quand il n’est pas possible, les horaires décalés doivent être encouragés, pour réduire au maximum la présence simultanée des personnes à la fois sur le lieu de travail et dans les transports. 54 guides métiers pour aider les entreprises à s’organiser, secteur par secteur sont disponibles sur le site du ministère du Travail. Ces guides sectoriels sont complétés par un protocole national de déconfinement.
  • Reprise de l’école : 80 à 85% des écoles maternelles et élémentaires seront ouvertes dans la semaine du 11 mai, dans 87 à 90% des communes. Pour les écoles maternelles et élémentaires : à partir du 11 mai, sur la base du volontariat ; pour les collèges : à partir du 18 mai, en commençant par les classes de 6e et de 5e, seulement dans les départements où le virus circule peu ; pour les lycées : la décision sera prise fin mai ; la reprise se ferait début juin en commençant par les lycées professionnels. Sur les conditions suivantes : 15 élèves par classe maximum ; une vie scolaire organisée autour des gestes barrières (port du masque obligatoire pour les personnels collégiens, lycéens…), et la distanciation physique ; mise à disposition de gel hydroalcoolique. Certains enfants sont prioritaires : enfants handicapés ; enfants de personnels soignants ou sans solution de garde ; enfants d’enseignants ; enfants décrocheurs ou en voie de dérochage.
  • Sur la réouverture des commerces : 400 000 entreprises vont rouvrir sauf les cafés, les bars et les restaurants dont la date de réouverture sera examinée fin mai. Dans les commerces, il faut respecter les mesures barrières : distanciation physique de 1 mètre entre chaque personne devra être respectée ; port du masque recommandé pour le personnel comme pour les clients lorsque la distanciation physique n’est pas possible. Les marchés de plein air et halles couvertes rouvrent à partir du 11 mai si les distances de sécurité entre les consommateurs sont garanties. 
  • Les médiathèques, les bibliothèques, les disquaires, les libraires et les petits musées rouvrent le 11 mai.
  • Restent fermés : les cinémas, les lieux de sports fermés, les piscines, les salles de spectacle et de concert, les grands musées, les salles polyvalentes, les salles des fêtes… 
  • Sur les déplacements : chacun peut de nouveau circuler sans attestation avec, s’il est en voiture, un justificatif de domicile tel qu’un chéquier, une pièce d’identité, un justificatif d’assurance de la voiture, une facture. En revanche, les déplacements au-delà de 100 km à vol d’oiseau du domicile sont interdits, sauf si ces 100 km se font au sein d’un même département. Des dérogations sont possibles pour des motifs professionnels ou familiaux impérieux comme un décès, l’assistance à une personne vulnérable ou l’exercice par exemple de son métier de transporteur. L’attestation dérogatoire sera bientôt disponible sur le site du gouvernement ou du ministère de l’Intérieur. Des contrôles seront effectués dans les gares, aérogares, sur les routes et les autoroutes et l’amende sera de 135€ pour les personnes qui ne seraient pas en règle.
  • Sur les transports : dès le 11 mai, l’offre des transports en commun sera assurée au minimum à 50%, avec un objectif d’offre normale d’ici début juin. Le retour à la normale devrait intervenir au début du mois de juin. La région Ile-de-France a signé avec l’Etat, les collectivités, les employeurs, les syndicats et les opérateurs de transports une charte visant à lisser les heures de pointe dans les transports et à maintenir au maximum le télétravail dans les entreprises, a rappelé la ministre, en accord avec Valérie Pécresse, présidente du conseil régional et de l’autorité des transports Ile-de-France Mobilités. Les modes de transport alternatifs doivent être encouragés. Des pistes cyclables temporaires peuvent être dans ce contexte créées. Le port du masque grand public sera obligatoire dans tous les transports en commun pour tous les usagers de plus de 11 ans et du personnel ayant contact avec des usagers. Un non port du masque, une utilisation des transports aux heures de pointe sans motif impérieux ou un voyage sans réservation dans les trains sera sanctionnée par une amende de 135 euros. 20 000 policiers et gendarmes seront mobilisés pour permettre un usage des transports en toute sécurité.
  • La majorité des plages restent inaccessibles au moins jusqu’au 2 juin mais certains sites sont accessibles, « à la demande des maires sur autorisation du préfet » a indiqué Christophe Castaner. Les plages ouvertes le sont selon des horaires précis (9h à 19h) et pour un usage « actif », sans baignade, ni séance de « bronzette ».
  • Les cérémonies funéraires restent limitées à 20 personnes ;
  • Les cimetières rouvrent au public ;
  • Les rassemblements limités à 10 personnes sont autorisés.
  • Les manifestations de plus de 5000 participants (sportives, culturelles, etc.) ne pourront pas se tenir avant le mois de septembre ;
  • La saison actuelle des sports professionnels dont le football ne reprendra pas ;
  • Les mariages continuent d’être reportés, sauf urgences.

Comme il n’y a ni vaccin, ni médicament efficace contre le coronavirus, le meilleur moyen de s’en protéger – surtout depuis le déconfinement- est l’application de mesures barrière : respect de la distanciation physique minimale d’un mètre, réduction du nombre de nos contacts doivent être respectés par tous. Les personnes âgées ou atteintes de pathologies chroniques (atteintes respiratoire, cardiaque, obésité, diabète…) considérées comme des facteurs de risque de développer une forme grave de la maladie sont appelées à la plus grande prudence tant que le virus circule.

Si au début, on ne parlait que de fièvre, toux sèche, rhume, état grippal et de fatigue, les symptômes de l’infection par le coronavirus ont évolué. On sait désormais que le virus peut avoir des effets sur la peau, la sphère digestive et même le cerveau. Dès les premiers signes évocateurs de la maladie COVID-19, consultez votre médecin traitant ou un médecin de permanence afin qu’il puisse vous prescrire un test de recherche du virus (PCR) et respectez scrupuleusement l’isolement. « Les capacités de tests virologiques pour rechercher le virus de la maladie COVID-19 sont disponibles sur tout le territoire. Tout est fait pour tester rapidement, tracer les personnes contacts, isoler les porteurs du virus et mettre en quatorzaine leurs personnes contacts, prendre en charge de façon optimale les personnes malades » rappelle le ministère de la Santé dans le communiqué du 11 mai.

  • Si vous présentez des symptômes (toux, fièvre, mal de tête) : éviter les contacts, rester à domicile, prenez du paracétamol si besoin, appeler un médecin, faites une télé-consultation ou appeler le numéro de permanence de soins de la région. 
  • Appeler le 15 en cas de difficultés respiratoires : « Si cette toux et cette fièvre s’accompagnent d’une gêne respiratoire qui devient permanente avec souffle court, difficulté à inspirer et à expirer, d’une aggravation importante de la toux, cela peut signifier une évolution de la maladie sous la forme d’une pneumopathie. Il s’agit alors d’une urgence respiratoire potentielle et comme dans tous les cas d’urgence, il faut alors appeler le 15 qui prendra les meilleures dispositions pour répondre à la situation », prévient le Dr Patrick Aubé, médecin généraliste.

Le coronavirus Sars-CoV-2 poursuit son extension dans le monde. La pandémie a infecté plus de 5,2 millions de personnes dans le monde (chiffre revu à la baisse par l’Université CSSE Johns Hopkins) et fait près de 340 000 morts. 188 pays et territoires sont touchés (sur les 198 pays comptabilisés dans le monde). Il y a une forte augmentation des cas aux Etats-Unis qui demeure le premier pays le plus touché avec 1,61 millions de cas de covid-19 et plus de 96 470 morts. 

Courbe du nombre de cas de Covid-19 dans le monde entre le 22 janvier et le 18 mai 2020.

cas covid 19
Courbe des cas de Covid-19 dans le monde du 22 janvier au 18 mai 2020 © Université John Hopkins

Une carte interactive montrant l’évolution de l’épidémie de coronavirus dans le monde en temps réel a été mise au point par l’éditeur de cartographie en ligne HERE Technologies. Basée sur des données du Center for Systems Science and Engineering (CSSE) de l’Université Johns Hopkins et de DXY, cette carte permet de suivre la progression du nombre de personnes infectées rapportées par les agences gouvernementales, ainsi que le nombre de décès.

Combien de décès à cause du coronavirus dans le monde ?

NOMBRE DE MORTS DU CORONAVIRUS DANS LES 30 PAYS LES PLUS TOUCHES. Samedi 23 mai à 20h30.

PAYS NOMBRE DE MORTS
Etats-Unis 96 479
Royaume-Uni 36 757
Italie 32 735
France 28 218
Espagne 28 228
Brésil 21 048
Belgique 9 237
Allemagne 8 261
Iran 7 359
Canada 6 365
Pays-Bas 5 830
Mexique 6 989
Chine 4 638
Turquie 4 308
Suède 3 992
Inde 3 865
Pérou 3 244
Equateur 2 096
Russie 3 388
Suisse 1 905
Irlande 1 604
Portugal 1 302
Indonésie 1 351
Roumanie 1 173
Pologne 993
Pakistan 1 101
Philippines 863
Japon 796
Egypte 735
Autriche 639
Autres 25 083
TOTAL 339 949

 Sources : Université John HopkinsWHOCDCECDCNHC and DXY.

Combien de cas de coronavirus dans le monde ?

NOMBRE DE CAS CONFIRMÉS ET PRÉSUMÉS POSITIFS AU CORONAVIRUS DANS LES 20 PAYS LES PLUS TOUCHÉS. Samedi 23 mai à 20h35.

PAYS CAS CONFIRMES DE CORONAVIRUS NOMBRE D’HABITANTS DANS LE PAYS (en millions)
 Etats-Unis
1 611 691
327,2 
Russie
335 882
144.5
Royaume-Uni
258 504
66
Brésil
330 890
211.7
Espagne
234 824
47
Italie
229 327
60,5
France
182 018
67
Allemagne
179 850
83
Turquie
155 686
83
Iran
133 521
81
Inde
131 103
1 353
Pérou
111 698
31,9
Chine
84 081
1 386
Canada
84 131
37.5
Arabie Saoudite
70 161
33,7
Belgique
56 810
11
Mexique
62 727
126,2
Chili
65 393
18,73
Pays-Bas
45 265
17
Pakistan
52 437
212,2
Autres pays

1 149 830

 
TOTAL 5 267 452  

 

> Voir le nombre de cas dans d’autres pays 

Sources : Université John HopkinsWHOCDCECDCNHC and DXY.

Le 7 mai, lors de la présentation du plan de déconfinement, le Premier ministre a indiqué que la circulation en dehors ou en provenance de l’espace européen restait interdite. Une réévaluation sera opérée au niveau européen le 15 juin. Le président de la République avait annoncé le 16 mars la fermeture des frontières de l’Europe et de l’espace Schengen. Des mesures de quatorzaine ou d’isolement sont possibles pour les personnes qui entrent sur le territoire et ne proviennent pas de l’espace européen. A l’approche des vacances d’été, le gouvernement se montre prudent quant aux voyages à l’étranger. Le 19 avril, lors d’une allocution télévisée, le Premier ministre Edouard Philippe a dit craindre que des voyages loin à l’étranger ne soient pas avisés dans l’immédiat. Il a aussi émis des doutes sur « les conditions d’entrée ou de « ré-entrée » sur le territoire national «  qui seront certainement  » assez exigeantes vis-à-vis de ceux qui arrivent de l’étranger », dans le contexte d’une pandémie. 

L’Italie enregistre 119 décès supplémentaires ces dernières 24 heures. Le bilan de l’épidémie s’élève désormais à 32 735 morts et 229 327 personnes contaminées. Selon la situation sanitaire, le pays doit rouvrir ses frontières le 3 juin et annulera la quarantaine obligatoire des étrangers de l’UE. L’Italie est le troisième pays le plus meurtri par le Covid-19 après les Etats-Unis et le Royaume-Uni et le second pays d’Europe le plus endeuillé par l’épidémie de coronavirus. Rome a décidé d’autoriser l’ouverture le 18 mai de tous les commerces de détail, des salons de coiffure et des centres de beauté, initialement prévus pour le 1er juin. Les musées, les lieux culturels et les bibliothèques peuvent rouvrir également, quant aux bars et aux restaurants, leur réouverture est fixée à partir du 2 juin. A Venise, les gondoles sont depuis lundi 18 mai de nouveau autorisées à naviguer sur le Grand Canal. Des mesures de distanciation physique doivent toutefois être respectées à bord de la gondole. En revanche, les écoles resteront fermées jusqu’en septembre. La région a engagé une campagne de tests sérologiques dont le but est d’avoir une estimation du nombre de personnes touchées par le coronavirus depuis le début de la pandémie et de cartographier la propagation de l’infection. Le pays a été confiné le lundi 9 mars.  Le pic de l’épidémie aurait été atteint le 5 avril. Le directeur général de la Santé en France, Jérôme Salomon avait indiqué le 11 avril que le pays « entame une lente, très lente régression de l’épidémie ».

Le nombre de décès de l’Espagne se stabilise, samedi 23 mai le pays comptabilise toujours 688 morts supplémentaires sur les dernières 24 heures (chiffre en hausse), soit 28 628 décès au total. Le port du masque est désormais obligatoire dans tous les lieux publics (rues, commerces…) pour toutes les personnes âgées de plus de 6 ans, qui ne peuvent respecter une distanciation physique avec autrui au-moins de 2 mètres. Cette mesure fait l’objet d’une publication au Journal Officiel ce mercredi 20 mai. Par ailleurs,l’Espagne a décidé de mettre en quatorzaine toute personne de l’étranger arrivant sur son territoire, depuis vendredi 15 mai. Ces personnes placées à l’isolement ne seront autorisées à sortir que pour acheter des produits de première nécessité ou se faire soigner, et ce toujours en portant un masque. Les commerces et les terrasses rouvrent dans la moitié du pays. Le confinement reste strict à Madrid, Barcelone et une partie de l’Andalousie. Le premier ministre, Pedro Sanchez, a annoncé son intention de prolonger l’état d’urgence d’un mois. L’Espagne reste l’un des pays les plus touchés au monde par la pandémie. Le 26 avril, les Espagnols ont été autorisés à sortir de chez eux pour se promener une heure avec un adulte pour les enfants et, depuis samedi 2 mai, avec l’autorisation pour les plus de 14 ans de faire du sport individuellement ou se promener sous conditions strictes. Les écoles seront fermées jusqu’en septembre.

Apparu en Chine en décembre 2019 sur un marché locale de Wuhan, le coronavirus y a fait de nombreuses victimes. Sur les 5 millions de malades recensés dans le monde, 84 081 sont en Chine et 4 638 en sont mortes, selon les chiffres transmis par les autorités mais le bilan serait bien plus lourd comme l’ont dénoncé le président des Etats-Unis Donald Trump le 17 avril et le président de la France, Emmanuel Macron le 16 avril. Le 1er mai, la Cité interdite de Pékin a rouvert pour la première fois depuis trois mois. Au total, 70% des sites touristiques réouvrent à partir du 1er mai. À Wuhan, berceau de l’épidémie, la Tour de la Grue jaune a aussi rouvert ses portes après une fermeture de 98 jours. À l’entrée de tous ces sites : contrôles de température, contrôle de code de bonne santé, un code QR sur le téléphone portable, et port du masque obligatoire. Malgré ces précautions, de nouveaux cas de Covid-19 ont été annoncés à Wuhan la semaine du 11 mai. Le 12 mai, selon les autorités chinoises, 6 nouveaux cas de plus ont été détectés en 48 heures dans une même résidence de cette ville du centre du pays. Le 17 mai, sept nouveaux cas de contamination au coronavirus ont été confirmés en Chine continentale. Les autorités ont décidé de tester massivement durant plusieurs jours pour éviter la propagation du virus. 

Autres actualités liées au coronavirus : 

DATES CLÉS DE L’ÉPIDÉMIE
  • Le 31 décembre 2019, l’Organisation mondiale de la Santé en Chine est informée de plusieurs cas de pneumonies dans la ville de Wuhan. 44 personnes sont infectées entre cette date et le 3 janvier 2020.
  • Le 7 janvier 2020, les autorités chinoises identifient un « nouveau type de coronavirus ».
  • Le 13 janvier, un cas importé est recensé en Thaïlande.
  • Le 15 janvier, le virus cause la mort d’une première personne à Wuhan, un homme de 69 ans. 
  • Le 23 janvier, trois villes chinoises dont Wuhan sont placées en quarantaine.
  • Le 25 janvier, trois personnes contaminées sont recensées en France, deux à Paris et une Bordeaux. Ce sont les premiers cas enregistrés sur le continent européen.
  • Le 30 janvier, l’Organisation mondiale de la Santé décrète l’urgence de santé mondiale. Cette mesure n’avait été décrétée que 5 fois depuis sa création (pour Ebola (deux fois), la grippe H1N1, Zika et la poliomyélite). 
  • Le 23 février, la France déclenche le plan ORSAN, un dispositif exceptionnel d’organisation des soins.
  • Le 28 février, la France passe en stade 2 de l’épidémie.
  • Le 11 mars, l’OMS classifie de pandémie la diffusion de la maladie à coronavirus Covid-19 dans le monde.
  • Le 12 mars, le président de la République Emmanuel Macron annonce la fermeture nationale des crèches et établissements scolaires de France à compter du 16 mars et « jusqu’à nouvel ordre ».
  • Le 13 mars, l’OMS désigne désormais l’Europe comme épicentre.
  • Le 14 mars, la France passe au stade 3 de l’épidémie.
  • Le 16 mars, l’Europe ferme ses frontières ainsi que celles de l’espace Schengen. La France met en place un dispositif de confinement interdisant les déplacements.
  • Le 18 mars le premier transfert de patients Covid-19 en France est réalisé grâce à l’Armée, par voie terrestre et aérienne. 
  • Le 20 mars, plusieurs villes françaises, dont Nice, Montpellier, Perpignan, Arras… imposent un couvre-feu le soir et la nuit.
  • Le 26 mars, un premier cas jeune meurt en France, une adolescente de 16 ans, en Ile-de-France originaire de Morsang-sur-Orge.
  • Le 27 mars, le confinement de la population française est renouvelé jusqu’au 15 avril.
  • Le 2 avril, le million de cas de coronavirus dans le monde est dépassé, et plus de 51.000 morts, selon le décompte de l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 13 avril, Emmanuel Macron annonce le prolongement du confinement jusqu’au 11 mai.
  • Le 15 avril, le cap des 2 millions de cas de coronavirus dans le monde est franchi, et près de 129 000 décès, selon les chiffres données par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 27 avril, 3 millions de cas de coronavirus sont répertoriés dans le monde, et plus de 208 000 décès, selon les chiffres données par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 28 avril, le gouvernement français présente son plan de déconfinement valable à partir du 11 mai.
  • Le 11 mai, la France commence son déconfinement.
  • Le 21 mai, 5 millions de cas de coronavirus sont répertoriés dans le monde, et plus de 329 800 décès, selon les chiffres données par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.

Cet article est mis à jour quotidiennement par Aurélie Blaize, Anaïs Thiébaux et Samantha Pagès



Source

Powered by moviekillers.com