#coronavirus CORONAVIRUS : La surmortalité s'élève à 12,3% en Bourgogne-Franche-Comté en 2020 – infos-dijon.com

#coronavirus


Ce mardi 19 janvier, l’INSEE Bourgogne-Franche-Comté a présenté ses estimations d’évolution de population pour la période 2018-2020. Son analyse des décès permet un premier bilan de la mortalité de l’épidémie de Covid-19 en 2020. La Côte-d’Or et la Saône-et-Loire présentent des surmortalités supérieures à la moyenne régionale.

Chaque année, au mois de décembre, l’INSEE indique les populations légales des communes françaises. Ces données servent notamment à déterminer le nombre d’élus dans les conseils municipaux ou à fixer le nombre de pharmacies (lire notre article).

En plus de ces informations, l’INSEE réalise des estimations de population à partir des données d’état civil, estimations qui n’ont pas de valeur légale mais qui permettent de se figurer l’évolution des populations. Ce mardi 19 janvier 2021, Bertrand Kauffmann, directeur de l’INSEE Bourgogne-Franche-Comté, présente les calculs effectués pour la période 2018-2020, incluant donc les effets de la crise sanitaire en 2020.

Baisse tendancielle des naissances et une hausse des décès depuis 2015

La Bourgogne-Franche-Comté compte 2,786 millions d’habitants au premier janvier 2021. Après un pic à 2,819 millions d’habitants en 2013, la population de la région ne cesse de diminuer depuis. Le solde naturel est négatif depuis 2015 avec une baisse tendancielle des naissances et une hausse des décès. En 2019, on calcule environ 30.000 décès et 26.000 naissances an auxquels s’ajoute le solde migratoire. Entre 2018 et 2021, la population baisse de 0,3% par an. Seul le Doubs gagne des habitants entre 2018 et 2021.

La population de la région vieillit. Elle compte plus de personnes âgées de plus de 60 ans que la moyenne de la France métropolitaine. La population en âge de faire des enfants est inférieure à la moyenne de la France métropolitaine. Le nombre de femmes en âge de procréer diminuant, les naissances baissent. L’indice de fécondité décline depuis 2010 pour s’établir à 1,78 (1,84 en France métropolitaine).

Surmortalité supérieure à la moyenne nationale

L’INSEE Bourgogne-Franche-Comté est en mesure d’effectuer un premier bilan de la mortalité en 2020. 33.500 décès ont été enregistrés dans la région en 2020 avec un niveau de décès exceptionnellement élevé en mars et avril ainsi que depuis la fin octobre. Cela représente une surmortalité de 12,3% par rapport à la moyenne des cinq dernières années (la surmortalité au niveau national s’établissant à 10,6% en 2020).

Les niveaux de décès sont légèrement inférieurs en Bourgogne-Franche-Comté par rapport à la France entière lors de la première vague. En revanche, depuis le début de la seconde vague, les décès sont nettement supérieurs en Bourgogne-Franche-Comté par rapport à la moyenne nationale. L’excédent de mortalité est marqué dans tous les départements sauf dans la Nièvre et dans l’Yonne.

Relativement peu touchée par la première vague, la Saône-et-Loire est particulièrement impactée par la seconde vague. Sur l’ensemble de 2020, la surmortalité dans ce département s’élève à 12,9%. Elle est de 13,6% dans la Côte-d’Or.

La première vague de l’épidémie de coronavirus, en mars et avril, contribue globalement pour un tiers à la surmortalité régionale et la seconde vague, en cours depuis septembre, pour les deux tiers. La vague épidémique ayant débuté en septembre étant plus longue que la première avec un plateau qui reste élevé.

Jean-Christophe Tardivon





Source

Powered by moviekillers.com