#coronavirus Coronavirus : Donald Trump prépare les Etats-Unis à « deux semaines très difficiles » – Le Monde

#coronavirus

Selon les projections présentées par Donald Trump et Anthony Fauci, en respectant les mesures destinées à endiguer la propagation du virus, le bilan de l’épidémie de Covid-19 pourrait atteindre 100.000 à 240.000 morts dans les prochains mois.
Selon les projections présentées par Donald Trump et Anthony Fauci, en respectant les mesures destinées à endiguer la propagation du virus, le bilan de l’épidémie de Covid-19 pourrait atteindre 100.000 à 240.000 morts dans les prochains mois. TOM BRENNER / REUTERS

Une semaine plus tôt, Donald Trump imaginait encore pouvoir lever pour Pâques, le 12 avril, les restrictions adoptées pour lutter contre le coronavirus. Mardi 31 mars, le président des Etats-Unis a au contraire préparé son pays au pire. « Nous allons traverser deux semaines très difficiles », a-t-il annoncé au cours de sa conférence de presse quotidienne. « Ce seront deux semaines très très douloureuses. Je veux que chaque Américain soit prêt pour les jours difficiles qui nous attendent », a-t-il insisté.

Jamais jusqu’à présent Donald Trump ne s’était montré aussi alarmiste. « Notre pays se trouve au milieu d’une grande épreuve nationale sans précédent », a-t-il estimé avant d’inviter chaque citoyen à « faire des sacrifices » et chaque entreprise à remplir son « devoir patriotique ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : Donald Trump se résigne à prolonger les mesures de distanciation sociale

Les projections réalisées à partir des précédents chinois et européens ont convaincu le chef de l’Etat, qui avait souvent nié ou minimisé la menace en février et au début du mois de mars, à lancer cette mise en garde. Anthony Fauci, le directeur de l’Institut national des allergies et maladies infectieuses, et Deborah Birx, la coordinatrice de la riposte de l’Etat fédéral, ont présenté mardi ces chiffres. Les Etats-Unis pourraient enregistrer entre 100 000 et 240 000 décès imputables au Covid-19 dans les mois à venir.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Donald Trump perd patience face au coronavirus

« Tout repose sur les comportements » 

Ces estimations ne constituent en rien une fatalité, a cependant assuré Deborah Birx. « Nous pensons vraiment que nous pouvons faire beaucoup mieux que cela », a-t-elle affirmé pour convaincre les Américains à prendre au sérieux leur rôle dans la prévention de la propagation de la maladie. « Il n’y a pas de solution miracle », a-t-elle ajouté, « il n’y a pas de vaccin magique, ni de thérapie. Tout repose sur les comportements. Chacun de nos comportements peut changer le cours de cette pandémie. » Anthony Fauci a renchéri : « C’est un nombre que nous devons anticiper, mais nous ne devons pas nécessairement l’accepter comme inévitable ».

Donald Trump a prolongé dimanche jusqu’au 30 avril les mesures présentées le 16 mars visant à limiter au maximum les déplacements et les rassemblements, alors que les décisions de confinement ont été prises pour l’instant unilatéralement par les Etats. « Les quinze jours que nous avons passés ont clairement un effet », a assuré Anthony Fauci alors que le locataire de la Maison Blanche a promis que les Américains verront bientôt « une réelle lumière au bout du tunnel ». Au moins 3 800 morts imputées au virus ont été répertoriées mardi soir.



Source

Powered by moviekillers.com